0

La Prospérité Fermière Ingredia, coopérative régionale au rayonnement mondial !

0
Publié le Jeudi 20 septembre 2018 ( mis à jour le Mercredi 26 septembre 2018 )

Une présence dans 120 pays, des filiales aux Etats-Unis, au Canada et à Singapour, ainsi qu’une importance considérable dans l’économie régionale, La Prospérité Fermière Ingredia est la preuve que l’on peut concilier développement local et rayonnement international dans l’entrepreneuriat. Découvrez le portrait de Sandrine Delory, directrice générale de La Prospérité Fermière Ingredia.

L’anecdote surprend toujours les visiteurs. En pénétrant dans l’usine Ingredia de Saint-Pol-sur-Ternoise, où le ballet des camions est ininterrompu, ne vous attendez pas à voir du lait ! Pour des raisons de sécurité alimentaire bien sûr, de process également, mais aussi parce que 90% de ce qui sort de l’usine en bout de chaîne n’est pas du lait comme nous l’entendons mais des ingrédients laitiers, comme de la poudre par exemple.

Ingredia, 450 collaborateurs, est l’usine qui transforme le lait de la Prospérité Fermière, une coopérative d’un millier de fermes dans les Hauts-de-France qui s’apprête à fêter ses 70 ans en 2019. 600 millions de litres sont collectés chaque année.

Une entreprise majeure dans le monde

En sept décennies, que de chemin parcouru pour l’entreprise, qui commercialisait d’abord du beurre, du fromage et des yaourts !

« Nous avons rapidement évolué vers les ingrédients laitiers, rappelle Sandrine Delory, directrice générale. En les commercialisant à l’international. Aujourd’hui, notre chiffre d’affaires est réalisé à 60% à l’export, et nous sommes le troisième acteur mondial parmi les entreprises spécialisées dans la protéine de lait. » Ingredia est ainsi présente aux Etats-Unis, au Canada et à Singapour, sous forme de filiales, et ses produits sont commercialisés dans 120 pays. 
Pas question pour autant de se reposer sur ses lauriers. Pour contrer la volatilité des prix du lait, il faut sans cesse entreprendre et voir plus loin, un leitmotiv chez Ingredia qui avait déjà inauguré la première unité d’ultrafiltration d’Europe en 1973. Les Nordistes ont profondément fait évoluer leur modèle ces trois dernières années : « Nous avons mis de côté la stratégie de volume, pour développer l’innovation et la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE). »

Entreprendre c’est innover !

Côté innovation, l’entreprise saint-poloise s’est ainsi associée à l’Institut Charles-Viollette de Lille et l’INRA pour développer la recherche dans de nouvelles protéines et peptides. On le sait peu, mais le lait possède 2 000 protéines. Le lactium a ainsi des vertus antistress, la lactoferrine un rôle majeur dans la protection des systèmes immunitaires, etc. Travailler ces ingrédients pour en tirer le meilleur renforce la position d’Ingredia sur la planète.

D’où un investissement de dix millions d’euros dans un nouvel atelier sur le site de Saint-Pol-sur-Ternoise, avec la participation du Crédit Mutuel Nord Europe, banque historique de la Prospérité Fermière : « Je pense que nous sommes dans les premiers livres de comptes de la banque. Nous avons une vraie relation de fidélité et partageons des mêmes valeurs d’attachement au territoire et aux Hommes ».

Les valeurs, justement, sont le deuxième pilier du projet de La Prospérité Fermière Ingredia. Sandrine Delory a signé une convention exigeante avec WWF pour convertir une partie de ses agriculteurs à la production d’un lait plus responsable. Cet engagement repose sur quatre piliers : une nourriture sans OGM pour les bêtes, le bien-être animal, des animaux en pâturage, et une rémunération améliorée pour les éleveurs. Le lait ainsi collecté est ensuite vendu sous le nom de Via Lacta dans des magasins comme O’Tera et Gamm’Vert. 

La décision nordiste rejaillit en Amazonie

Cette mise au vert a des effets bien plus durables que l’on ne l’imagine : « En nous engageant à conserver 750 hectares de pâturages dans les Hauts-de-France, ça fait autant de déforestation en moins en Amérique du Sud, puisque l’on n’a pas besoin de d'importer cette alimentation pour le bétail », détaille Sandrine Delory.

Quand la décision locale rebondit à l’international, c’est toute l’histoire de la vie La Prospérité Fermière Ingredia !